đź“° Ă€ la 37e Ă©dition du Chevalet d’or, une dĂ©ambulation entre formes et couleurs

Depuis hier, et pour une dizaine de jours, l’Espace Grün s’affiche en galerie d’art. La 37e édition du Chevalet d’or de Cernay est le rendez-vous d’une quarantaine de peintres, de sculpteurs et d’un photographe.

Article paru dans L’Alsace le 12/01/2020 05:02 par Louis GRIFFANTI

Photo du vernissage de l’exposition

La salle de l’Espace Grün qui accueille la 37e édition du Chevalet d’or, jusqu’au 19 janvier, est lumineuse. Elle incite à une promenade entre les cimaises. Une déambulation jalonnée par la diversité des œuvres qui s’exposent ici. Les sculptures, celle de Sophie Erny, marraine cette année, celles de Brigitte Heitz-Fawer et d’Eric Baugrand, sont autant de points de rencontre et d’échanges. On y discute formes et couleurs, on chemine avec des peintres que l’on côtoie au gré des expositions. Certains évoquent leur art avec passion.

« Je laisse parler mon imagination, j’ajoute de la matière, j’arrache, je recommence et je continue jusqu’à ce que mon tableau soit pacifié », explique la Vosgienne Monique Villemin.

« Chacun peut capturer à sa manière les émotions que peuvent procurer une peinture, une sculpture, une photographie », relève Chantal Burgermeister, adjointe aux animations aux côtés de Catherine Oswald, 1e adjointe au maire. Olivier Garrabé, le directeur des Espaces culturels a félicité les jeunes artistes : « Je vous encourage à poursuivre votre chemin. L’art ouvre toutes les portes, celles de la peinture, mais aussi celles de la musique, du théâtre », a insisté le directeur des Espaces culturels.

 

Grands prix

Le Prix Jean-Paul Carrère (nouveau nom du Prix Prestige de la Ville) a été décerné à Brigitte Heitz-Fawer pour sa sculpture « L’Alsacienne ». « C’est un personnage que j’aime bien. Elle a été une source d’inspiration pour de nombreux artistes. Elle a souvent un visage sérieux. C’est qu’elle en a vécu des drames, des guerres. Le visage, je l’ai travaillé au couteau, avec les mains pour lui donner l’expression que je souhaitais », explique l’artiste.

Marie Siegler, lauréate du Prix Jeunes Talent du maire, a 12 ans. Elle vit à Cernay et est en 5e au Collège Champagnat à Issenheim. « J’aime bien le dessin. Il y a trois ans, j’ai eu envie de passer à la peinture. Je me laisse guider par mon imagination, parfois ce sont de simples tâches de couleur que je dispose sur ma toile. Je leur donne une forme, un élan. Là, pour cet arbre, j’ai choisi des feuilles dorées, pour montrer l’importance de la nature dans notre vie », raconte Marie.

 

Le palmarès

Prix Jean-Paul Carrère-Ville de Cernay (1500 €) : Brigitte Heitz-Fawer ; prix du Crédit mutuel (1000 €) : Monique Villemin ; prix Cernay-Environnement (1000 €) : Eric Baugrand ; prix Banque populaire (150 €) : Nicole Renard ; prix de la Fédération des associations de Cernay (150 €) : Jocelyne Level ; prix des Vitrines de Cernay (150 €) : Patrice Stutz ; prix des Espaces culturels Thann-Cernay (une exposition programmée à l’Espace Grün ou au Relais) : Emmanuel Brauer ; prix Joerger Courtage (150 €) : Gérard Biringer.

Jeunes talents : Prix du maire (300 €) : Marie Siegler ; prix des adjoints (150 €) : Noah Lescoute ; prix Lions-Club Thann-Cernay (150 €) : Gabin Cucherousset.

 

Grands prix Jean-Paul Carrère et Jeune talent du maire

Le prix Jean-Paul Carrère (nouveau nom du prix Prestige de la Ville) a été décerné à Brigitte Heitz-Fawer pour sa sculpture L’Alsacienne. « C’est un personnage que j’aime bien. Elle a été une source d’inspiration pour de nombreux artistes. Elle a souvent un visage sérieux. C’est qu’elle en a vécu des drames, des guerres. Le visage, je l’ai travaillé au couteau, avec les mains pour lui donner l’expression que je souhaitais », explique l’artiste.
Marie Siegler, lauréate du prix Jeune talent du maire, a 12 ans. Elle vit à Cernay et est en 5e au collège Champagnat à Issenheim. « J’aime bien le dessin. Il y a trois ans, j’ai eu envie de passer à la peinture. Je me laisse guider par mon imagination, parfois ce sont de simples tâches de couleur que je dispose sur ma toile. Je leur donne une forme, un élan. Là, pour cet arbre, j’ai choisi des feuilles dorées, pour montrer l’importance de la nature dans notre vie », raconte Marie.

Share This