📰 #SauveTonSpectacle aux Espaces culturels

Faire don du remboursement de son spectacle annulĂ© aux artistes et aux intermittents, c’est l’idĂ©e qui circule depuis une dizaine de jours sur les rĂ©seaux sociaux. Pour soutenir les compagnies dĂ©commandĂ©es, Olivier GarrabĂ©, le directeur des Espaces culturels, appelle Ă  la gĂ©nĂ©rositĂ©.

La Revue satirique du ThĂ©Ăątre de la Chouc’ devait se jouer sur les planches de l’Espace GrĂŒn de Cernay, les 28 et 29 mars. Les reprĂ©sentations ont Ă©tĂ© reportĂ©es aux 8 et 9 mai 2021. Photo DR/ThĂ©Ăątre de la Chouc’

Conscient de faire partie « de la chaĂźne Ă©conomique du spectacle vivant », Olivier GarrabĂ© a dĂ©cidĂ© d’aider les artistes et intermittents du spectacle Ă  surmonter cette crise sanitaire, Ă  son Ă©chelle. Depuis quelques jours, le directeur des Espaces culturels de Thann-Cernay invite les spectateurs qui avaient achetĂ© un billet pour l’un des prochains spectacles annulĂ©s ou reportĂ©s, Ă  ne pas se faire rembourser, avec les mots-clĂ©s #SauveTonSpectacle, #ReporteTaVenue ou #JeGardeMaPlace. L’argent rĂ©coltĂ© sera remis aux artistes et intermittents. « On propose que la solidaritĂ© se joue Ă  cet endroit-lĂ , explique Olivier GarrabĂ©. Je pense que c’est rendre la population sensible au fait que la culture est aussi un secteur trĂšs fragile. »

Alors que le Relais culturel et l’Espace GrĂŒn sont pour l’instant fermĂ©s au public jusqu’au 15 avril, le directeur craint pour la suite. Si – c’est une hypothĂšse – les Espaces culturels doivent garder le rideau baissĂ© jusqu’à fin mai, il dĂ©nombrera « quinze intermittents sur le carreau ». « Il y a des discussions en cours avec les collectivitĂ©s et l’État, mais pour l’instant, aucune solution n’a vraiment Ă©mergĂ© pour aider financiĂšrement les intermittents », constate-t-il.

« Lancer un signal fort d’encouragement aux artistes »

Olivier GarrabĂ© a, Ă  ce jour, suspendu les contrats des compagnies dĂ©commandĂ©es et des techniciens qui devaient prochainement travailler pour les Espaces culturels. Mais il ne sait pas jusqu’à quand cela va tenir. « Je reçois des appels assez dĂ©sespĂ©rĂ©s d’artistes qui ont besoin d’ĂȘtre soutenus en ce moment. Nous, en tant qu’établissement culturel, nous sommes au bout de la chaĂźne. Si on ne les paie, ils n’ont pas de salaire. »

Avec cinq spectacles annulĂ©s ou reportĂ©s (Guillaume Meurice, AccordĂ©on rĂ©volution, The Wild Robert, Revue satirique et Le cabaret extraordinaire), les Espaces culturels comptent potentiellement 1 400 places qui pourraient ĂȘtre remboursĂ©es. Mais l’initiative, venue de Hongrie mi-mars, n’est qu’une suggestion et en rien une obligation. « Chacun est libre », insiste le directeur, conscient que l’argent rĂ©coltĂ© ne permettra bien sĂ»r pas de payer la totalitĂ© des salaires des compagnies. « C’est plutĂŽt de l’ordre du symbole, concĂšde-t-il, optimiste. Il faut que ce soit surtout un signal fort d’encouragement lancĂ© aux artistes pour leur dire qu’ils sont entendus et reconnus ; qu’ils continuent Ă  nous faire vivre et rĂȘver, surtout en cette pĂ©riode de confinement  »

CONTACTER les Espaces culturels uniquement par mail Ă  billetterie@ectc.fr pour toute demande de report, de remboursement (fournir dans ce cas un RIB) ou de don.

Share This